Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Mémoriser mon mot de passe

Perdu le mot de passe ?

Inscrivez-vous maintenant !
Menu principal
L'association
Flux RSS

Les actions entreprises ou à venir
« 1 2 (3) 4 5 6 7 »
Les actions : CONCERT DE SOLIDARITE samedi 7 août 2010 à 21H00 en l'église de Bastelicaccia
Posté par JeanPaul le 30/7/2010 22:10:00 (731 lectures)

Voir les infos sur le concert

Commentaires ?
Les actions : LA POSITION DU COLLECTIF REGIONNAL " NON AUX CENTRALES AU FIOUL LOURD"
Posté par JeanPaul le 23/7/2010 7:17:44 (743 lectures)

Lire la suite... | 6619 octets en plus | Commentaires ?
Les actions : La déclaration de guerre d’EDF à la population Corse
Posté par JeanPaul le 1/7/2010 6:58:56 (876 lectures)

Mis en ligne par Doumé

C’est à l’invitation du préfet de Haute-Corse que s’est tenue la dernière réunion de concertation avec les associations de défense de l’environnement le 29 juin 2010 à 17H 30, avant que celui-ci prenne la décision de mise en chantier de la nouvelle centrale de LUCCIANA. Outre l’aréopage des responsables d’administration encadrant le préfet de Haute-Corse, ce furent Jacques Thierry MONTI, directeur d’EDF et Jean Michel LEBEAU, directeur de PEI entourés de trois représentants du constructeur de moteurs MAN, qui faisaient face aux huit représentants du collectif régional contre le fioul lourd.

Les services de l’état allaient très vite donner le ton de la réunion en balayant rapidement les réserves émises par la commission d’enquête publique dont les recommandations ne seront pas suivies, pas plus que n’auront été entendus les divers arguments des associations. Le film déroulé par les représentant de l’état et d’EDF avait un goût de « déjà vu» qui pourrait se résumer de la façon suivante : « Nous n’avons plus le temps de faire un autre projet, nous ne voulons pas prendre le risque de coupures de courant, plus rien n’est possible en dehors du fioul lourd », mettant ainsi la population devant le fait accompli.

EDF, qui n’a pas modifié son projet au fioul lourd d’un seul millimètre impose avec la complicité de l’Etat, une nouvelle centrale à LUCCIANA fonctionnant au fioul lourd avec 7 moteurs 48/60 du constructeur MAN. Les promesses du président de la république de faire de la Corse un modèle environnemental sont tombées dans les oubliettes des promesses électorales et les sous citoyens de Corse continueront à subir la pollution du fioul lourd avec son lot de cancers, de maladies cardio-vasculaires et respiratoires, conséquence du comportement inconséquent d’une république bananière ou l’on s’assied allègrement sur le grenelle de l’environnement, sur les textes Européens et sur les conséquences sanitaires occasionnées par des moyens de production moyenâgeux.

Cette réunion a également vu le principal interlocuteur d’EDF, Jean Michel LEBEAU, poussé dans ses derniers retranchements techniques par les associations, qui s’est laissé aller à des attaques individuelles envers ses interlocuteurs traduisant ainsi dédain et mépris pour les représentants de la population Corse. C’est ainsi qu’il traita de pervers le président d’ARIA LINDA et ironisa sur la motion votée contre le fioul lourd par l’assemblée de Corse en déclarant « Parlons en de cette motion, elle a été votée à 14 présents, dans la nuit ! ».

Qui peut aujourd’hui et après ce mauvais coup, encore affirmer que la centrale d’AJACCIO qui doit être implantée à BASTELICACCIA fonctionnera au gaz ? Personne. Pas même le président de la république dont les promesses semblent fluctuer au gré des difficultés rencontrées par certains industriels. Et si la stratégie d’EDF était une valse à deux temps, LUCCIANA au fioul lourd aujourd’hui et BASTELICACCIA au fioul lourd dans deux ans ? La campagne de presse pro GALSI destinée à organiser une diversion de l’opinion publique et organisée par les autorités et EDF qui annoncent par ailleurs la construction d’une centrale à fioul lourd à LUCCIANA, est révélatrice d’une stratégie de passage en force. La population Corse ne peut plus avoir confiance en des individus pour qui la santé publique est sacrifiée sur l’autel de sordides intérêts financiers.

Face à ce mauvais coup porté à la Corse et à sa population, la résistance doit être plus forte que jamais. Elle doit s’organiser, s’amplifier et mettre à sa disposition les moyens de mettre un coup d’arrêt à cette vision technocratique de la Corse dans laquelle prédomine exclusivement une considération comptable, là où devrait s’exprimer prioritairement une approche humaine et environnementale.

Commentaires ?
Les actions : Appel au rassemblement devant la gare de Casamozza le 19 juin à 16 heures
Posté par JeanPaul le 9/6/2010 12:58:40 (716 lectures)

FIOUL LOURD : NOTRE SANTE EST TOUJOURS MENACEE

Les récents propos du Préfet de Région sur la commission du débat public relative au raccordement de la Corse au gazoduc GALSI, et ceux de la Conseillère Exécutive chargée de l'énergie n’entament en rien la détermination d’EDF à imposer le fioul lourd à toute la Corse.

Rien dans la communication d’EDF ne nous permet de penser que l’industriel va infléchir sa volonté, il veut toujours :

- Démarrer la future centrale de Lucciana au fioul lourd.

- Poursuivre l'exploitation de l'actuelle centrale de Lucciana sans équipement de dépollution alors que la règlementation lui en fait obligation au 31.12.2010, et en continuant à y bruler du fioul lourd. (L'équipement de la centrale du Vazzio est terminé depuis le printemps 2007)

A plus long terme, en 2013 et en 2016, nos interlocuteurs d'aujourd'hui, les préfets de Haute Corse et de Corse du Sud ne seront plus là pour garantir leurs annonces.

Il faut contraindre EDF à respecter les décisions de l'Assemblée de Corse et l’empêcher d’imposer le démarrage de la nouvelle centrale de Lucciana au fioul lourd, qui en le réduisant de moitié, supprimerait l’intérêt qu’aurait un investisseur gazier à réaliser le raccordement de la Corse, ou une microchaîne GNL.

Comment un Préfet si cartésien a-t-il pu négliger le seul plan B acceptable en cas de non réalisation du GALSI : l'alimentation des centrales au Gaz Naturel Liquéfié acheminé par méthaniers?

Autant dire que la porte est grande ouverte au fioul lourd.

Alors que la République va enfin reconnaitre dans les manuels scolaires que la Corse a été le premier département à se libérer de l'occupant, nous resterions le dernier département à subir le diktat fioul lourd d'EDF….

Il nous faut résister !

Collectif Régional Non aux Centrales au Fioul Lourd

Commentaires ?
Les actions : Conférence de presse du Collectif Régional NON aux CENTRALES au FIOUL LOURD
Posté par JeanPaul le 22/5/2010 18:24:41 (778 lectures)

La conférence de presse s'est tenue ce samedi 22 mai devant l'usine EDF de Lucciana.

Le texte de la conférence:



Notre santé est menacée, après 40 ans de pollution au fioul lourd, EDF s’apprête à récidiver avec la bénédiction de l’Etat en condamnant la population de Corse à 30 années de pollution cancérigène supplémentaires. En effet, la décision de remplacer la centrale de LUCCIANA en doublant sa capacité de production est imminente et il est urgent de rassembler la population Corse contre l’imposition du fioul lourd par l’Etat et EDF.





Pour répondre à cette impérieuse nécessité, vendredi 14 mai 2010 à 15h00 à Corte, 22 représentants d’organisations ont répondu présents à la réunion de travail proposée par les responsables des Collectifs, des Associations, et par les responsables politiques qui ont contribué à initier le front du refus du fioul lourd.



Dans cet esprit, concernant un problème de société qui dépasse tous les clivages politiques, la présence de plusieurs élus et/ou représentants d’organisations politiques à cette réunion a été sollicitée par mail et/ou directement par téléphone, notamment trois membres du nouvel Exécutif.



La restitution des entretiens du 28 avril 2010 avec le Préfet de Région à Ajaccio, puis du 29 avril 2010 avec le Préfet de Haute Corse ont servi de préambule aux débats qui ont suivi.



La stratégie énergétique de l’Etat n’est ni garantie, ni crédible :

Une délégation a été reçue par le Préfet de Région le 28 mars 2010 à Ajaccio, lequel nous parlé en tant que Préfet de la Corse du Sud de la centrale Ajaccienne et s’est astreint à ne pas empiéter sur la compétence de son homologue de Bastia.

Une délégation régionale formée de 12 représentants d’associations, de collectifs et de partis politiques a été reçue par le préfet de Haute Corse à Bastia le 29 avril 2010 pour évoquer les suites de l’enquête publique de la centrale de Lucciana et notamment la solution envisagée par le Préfet.

Il ressort de ces deux entretiens que tous les voyants sont au rouge, et que pour faire échec aux stratégies de division et de menaces mises en œuvre pour imposer le fioul lourd, nous devons élargir le cercle du refus et renforcer une cohésion souhaitée par la population et organiser une grande mobilisation. A l’évidence, les déclarations du Préfet de Haute Corse le 6 mai 2010 dans la presse écrite le démontrent, tout en nous promettant de la concertation sur le dossier de Lucciana, l’Etat se prépare à y imposer une solution qui figerait 7 des 7 moteurs prévus sur ce site dans une configuration fioul lourd, conformément à la commande d’EDF.

Le Préfet nous annonce que 4 moteurs seulement tourneront au fioul lourd pour assurer le fonctionnement en base et que les 3 autres tourneraient au fioul léger pour écrêter les pointes. Nous savons pourtant que la commande globale d’EDF concerne 54 moteurs qui sont uniquement garantis par contrat pour fonctionner en régime stabilisé au fioul lourd (moteurs modèle 48/60).. Le moment venu, EDF disposera donc d’un argument contractuel pour faire imposer le fonctionnement des 7 moteurs au fioul lourd. On se moque donc de nous.

Par un premier arrêté d’autorisation d’exploitation d’une Installation Classée pour la Protection de l’Environnement, qu’il peut prendre entre le mois de juin et le mois de septembre, le Préfet

de Haute Corse permettrait donc à EDF de réaliser plus de 57 % de ses objectifs initiaux au fioul lourd sans aucune concession.



La deuxième partie de son annonce n’est assortie d’aucun engagement. Comment nous garantir que le Préfet qui sera en fonction en 2015 sera tenu par des engagements pris en 2010 et en mesure d’imposer à EDF un abandon définitif du fioul lourd sur le site de Lucciana un passage au gaz naturel, ou à défaut de GALSI, au fioul léger dès le début 2016 ?

D'autant qu'il obligerait ainsi EDF à financer un investissement supplémentaire de 36 millions d’euros pour la conversion des moteurs, qui demandera 2 mois d'arrêt par moteur, auquel s'ajouterait le coût de la modification des infrastructures de stockage. Et de surcroit, prendre le risque, si le GALSI ne devait pas se réaliser, d’y ajouter le surcoût lié à la différence d’achat du fioul léger par rapport au fioul lourd, et ce sur une période de 30 ans.

Qui pourrait sérieusement y croire?

Dans le même temps, le Préfet de Corse du Sud, après avoir laissé toute compétence à son homologue de Haute Corse, annonce que la centrale de Corse du Sud sera « au gaz ou rien » (Faut-il traduire rien par fioul lourd puisque le Préfet a, contre toute logique, dénigré le GNL?), mais oriente son choix d’implantation vers un terrain dont les caractéristiques respectent les critères imposés par EDF pour installer idéalement une centrale alimentée au fioul lourd, terrain qualifié de« meilleur compromis possible » par la préfecture. Le site composé d’une ZNIEFF et de terres agricoles, est de plus situé au cœur de la basse vallée de la Gravona notoirement connue pour des phénomènes climatiques qui favorisent la concentration des polluants.

Le constat est clair : EDF,en imposant son cheval de Troie à Lucciana réussirait ainsi à s’affranchir du Plan Energétique Corse de 2005, de la PPI 2006, de la PPI 2009, du vote de l’assemblée de Corse du 13 novembre 2009 et à dicter ses conditions aux Préfets, malgré les annonces du Président de la République le 2 février 2010 et à réduire considérablement l’intérêt économique du GALSI.

L’action de Michelle RIVASI auprès de la commission européenne de l’énergie pourrait certes avoir des conséquences sur l’avenir énergétique de la Corse. Mais le temps nous est compté, puisque le Préfet de Haute Corse s’apprête, au lendemain de la consultation du CODERST, à prendre un arrêté d’autorisation d’exploitation d’une ICPE pour la future centrale de Lucciana. Cet arrêté ne sera attaquable que durant les deux mois qui suivront sa publication. A cet effet, nous avons envisagé de faire appel aux services du cabinet spécialisé en droit de l’Environnement de Corinne LEPAGE. Il est donc souhaitable qu'une solidarité financière, puisse être mise en œuvre en sollicitant aussi bien les organisations que la population.

Selon nos informations de la mairie de Lucciana, le permis de construire aurait été accordé le 23 décembre 2009, et selon EDF le 14 septembre 2009. De toutes les façons les possibilités de recours contre le permis semblent déjà épuisées.

Commentaires ?
« 1 2 (3) 4 5 6 7 »
Recherche
Qui est en ligne
5 utilisateur(s) en ligne (dont 1 sur L'association)

Membre(s): 0
Invité(s): 5

plus...
Liens récents
Mini calendrier
Fevrier 2018
Add event Proposer
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28